Nos experts de l’économie ont traité de l’impact du COVID-19 dans ce secteur lors d’un Panel en ligne

Le Groupe Thématique économie de l’Observatoire national Sciences Technologies Innovation (Ocovid19), a animé un panel le jeudi 30 avril 2020. Il a été co-organisé par la Direction générale de la Recherche et de l’Innovation (DGRI) du MESRI et l’UVS. Le panel a regroupé les
personnalités suivantes :

  1. Professeur Ahmadou Aly Mbaye (UCAD) : modérateur
  2. Professeur Felwine Sarre (UGB) : présentateur « Le COVID-19 et les ménages les plus vulnérables.
  3. Professeur Joseph François Cabral (UCAD) : présentateur « Chocs COVID 19, transferts de fonds des migrants et classe moyenne au Sénégal »
  4. Monsieur Mabousso Thiam : présentateur « le COVID-19 et les entreprises »
    Après une brève allocution de bienvenue du Professeur Amadou Thierno Gaye (DGRI), et une introduction du panel et des panélistes par le modérateur, la parole a été donnée au premier intervenant, Pr Felwine Sarr. Il a articulé son intervention autour de deux points centraux : la logique économique ayant présidé au ciblage des transferts destinés aux pauvres, dans le cadre de la riposte gouvernementale anti-COVID-19, et le cadre de ce qui devrait constituer un plan de relance de l’économie, à l’horizon post-pandémie. Dans la première partie de son intervention, Pr Sarr a expliqué la logique économique ayant sous-tendu la sélection des ménages devant bénéficier des transferts publics. Et dans la deuxième partie, il a expliqué comment la diversification de l’activité économique, à travers une transformation sur place des produits de base, pourrait rendre l’économie nationale plus résiliente. Il a en outre souligné que les pays d’Afrique de l’Ouest seront
    parmi les rares à ne pas aller en récession.
    Professeur Cabral a utilisé un modèle économétrique d’équilibre général calculable, pour montrer comment le choc que représente le COVID 19 aura des répercussions importantes sur les revenus
    des ménages appartenant à différentes tranches de revenu. Il a en outre analysé l’impact de la baisse des transferts des migrants. Il a considéré un scénario de baisse de 20% des transferts de
    fonds des migrants qui aurait un effet de diminution importante du revenu nominal et du bien-être des ménages. Le choc sera plus important pour les ménages ruraux. Il a en particulier souligné le
    risque que beaucoup de personnes qui appartenaient à la classe moyenne se retrouvent dans la tranche de revenu inférieure.
    Mr Mabousso Thiam a, dans son intervention, abordé la question de l’amélioration de l’appui apporté aux PME qui constituent la vaste majorité des entreprises privées sénégalaises pour élargir la base productive nationale, par un renforcement du secteur privé. Il a fait des propositions pour la relance des PME en tenant compte des leçons apprises du covid-19:
  • mutualiser les ressources des structures d’accompagnement des entreprises
  • libérer les énergies pour favoriser la création d’emplois de qualité
  • développer la production (coopératives de production) et la transformation locale en s’appuyant sur des technologies simples et promouvoir les entreprises d’assemblage (climatiseurs, ordinateurs, véhicules, etc…)
  • élargir l’assiette fiscale

Il a partagé sa conviction que le développement s’appuie sur la science et la connaissance.
A l’issue de ces présentations, beaucoup d’intervenants ont pris la parole, qui pour poser des questions aux panélistes, qui pour commenter des points particuliers soulevés lors des discussions.

La réaction des panélistes à ces différentes interventions, a été suivie des remarques de clôture du DGRI.

Website

Laisser un commentaire

*